top of page

Le roi selon la légitimité dynastique

Il existe plusieurs légitimités pour un chef d'Etat, comme celle acquise par la guerre, celle acquise par l'élection, celle conférée par une loi de succession. Nos rois ont connu successivement ces trois types de légitimité : par ses guerres, Clovis a fondé un puissant royaume qui est devenu la France ; Hugues Capet (et avant lui son grand-oncle Eudes et son grand-père Robert I°) a été élu roi et a fondé une nouvelle dynastie ; sous cette troisième dynastie, la royauté est devenue héréditaire (définitivement depuis 1223) et une loi de succession a progressivement vu le jour.

Ainsi, on ne choisit plus un roi en fonction de sa personnalité ou de ses opinions mais selon les Lois fondamentales du Royaume. Ces lois ne permettent pas à un roi d'abdiquer (principe d'indisponibilité de la Couronne). Ainsi, l'abdication de Charles X, dernier Roi de France légitime, en 1830 était illégale mais vue comme une nécessité du moment et le seul espoir de sauver la monarchie. Cette renonciation de Charles X et de son fils aîné le Dauphin en faveur du Duc de Bordeaux n'a finalement pas produit l'effet escompté : le Duc de Bordeaux n'a pas été reconnu roi et le Duc d'Orléans a usurpé la couronne pour devenir le Roi des Français Louis-Philippe. Louis-Philippe n'était en effet pas un roi légitime au regard des Lois fondamentales. Il inaugurait un nouveau régime (Monarchie de juillet) où il devenait légitime, ainsi que ses descendants. D'après les règles de succession à la couronne, Louis-Philippe et ses descendants sont dynastes et prennent rang après les princes de la branche aîné de la Maison de Bourbon (seule lignée légitime survivante de la dynastie capétienne). 

Charles X par Leon Cogniet.jpg

Charles X, dernier Roi de France légitime - portrait par Léon Cogniet

buste-bronze-comte-chambord-3.jpg

Henri V, Comte de Chambord, dernier prince descendant en ligne masculine de Louis XV. Sa mort sans enfants est à l'origine de la division des royalistes actuels entre Orléanistes et Légitimistes.

Après 1830, qui étaient les princes aptes à se dire rois légitimes ? Charles X restait roi selon le droit royal issu des Lois fondamentales, jusqu'à sa mort en 1836. Son fils le Dauphin lui a succédé à ce titre, de 1836 à 1844, sous le nom de Louis XIX. Ce dernier n'ayant pas eu d'enfants, son neveu le Duc de Bordeaux, devenu le Comte de Chambord, lui succéda comme roi de droit sous le nom de Henri V. Celui-ci était le dernier prince de la branche aînée issue du dauphin Louis, fils aîné du Grand Dauphin, fils de Louis XIV. Henri V n'eut pas le bonheur d'avoir des enfants. Il fut courtisé par les princes d'Orléans, dont le chef de famille, le Comte de Paris, voulait se faire reconnaître comme l'héritier dynastique du Comte de Chambord. Cette reconnaissance n'eut jamais lieu car Henri V n'ignorait pas que les règles de dévolution de la Couronne désignaient un autre prince pour lui succéder. La branche d'Orléans, en effet, est issue du frère puîné de Louis XIV. Or, la descendance masculine de Louis XIV ne s'éteint pas avec le Comte de Chambord car le Grand Dauphin avait un deuxième fils, Philippe, duc d'Anjou devenu roi d'Espagne (Philippe V), qui a une descendance masculine : les Bourbons d'Espagne et les branches qui en sont issues. Ainsi, à la mort de Henri V (1883), l'aîné dynastique était le prince Jean (don Juan), comte de Montizón, aîné des descendants du roi d'Espagne Philippe V. 

Mais, en 1883, les royalistes se sont massivement tournés vers le Comte de Paris. Pour quelle raison ? Ceux qu'il convient d'appeler les Orléanistes considèrent comme valide la renonciation de Philippe V à ses droits au trône de France, pour lui et ses descendants. Cette renonciation avait été obtenue pour mettre fin à la Guerre de Succession d'Espagne. Comme nous l'avons déjà évoqué, cette renonciation n'avait aucune valeur face aux Lois fondamentales du Royaume de France, en vertu du principe d'indisponibilité de la Couronne. De nos jours, la situation est toujours la même : certains royalistes, les Orléanistes, reconnaissent comme valide la renonciation de Philippe V ; d'autres considèrent que les traités n'ont pas force de loi, surtout s'ils vont à l'encontre des Lois fondamentales qu'on ne peut modifier. Ces derniers sont les Légitimistes.

Ce site est légitimiste. Nous reconnaissons donc que la descendance de Philippe V d'Espagne est dynaste et représente actuellement la branche aînée de la dynastie capétienne. La branche d'Orléans est bien dynaste, mais passe après les branches d'Anjou, d'Espagne, de Séville, des Deux-Siciles et de Parme (dont les princes de Luxembourg). La lignée issue du Comte de Montizón s'est éteinte en 1936 mais un autre descendant de Philippe V est devenu l'aîné de la dynastie : l'ex-roi Alphonse XIII d'Espagne. Actuellement, c'est l'aîné de ses arrière-petits-fils qui est, de droit, Roi de France et de Navarre : Louis XX, Duc d'Anjou.

Biographie sommaire de Mgr le Duc d'Anjou

Naissance et enfance

Le prince Louis (ou Louis-Alphonse) de Bourbon est né le 25 avril 1974 à Madrid (Espagne). Il possède la double nationalité espagnole et française (son père avait la double nationalité, étant français par sa mère Emmanuelle de Dampierre). 

Il est le deuxième fils du prince Alphonse de Bourbon, duc d'Anjou et de Cadix (petit-fils d'Alphonse XIII, roi d'Espagne) et de Carmen Martinez-Bordiu y Franco (petite-fille du Général Francisco Franco). Son père a été le chef de la Maison de Bourbon et, de droit, Roi de France et de Navarre sous le nom d'Alphonse II. Bien qu'aîné de la famille, son père n'a pas été roi d'Espagne. En effet, le Général Franco avait choisi le prince Juan Carlos, cousin germain du prince Alphonse, pour lui succéder à la tête de l'Espagne avec le titre de roi. Le prince Alphonse avait accepté de renoncer à ses droits au trône espagnol. Le prince Louis a été baptisé le 30 mai 1974 en la chapelle du palais royal du Pardo. Son parrain était son grand-père le duc d'Anjou et de Ségovie, représenté par le prince Charles-Gonzalve, duc d'Aquitaine, oncle du petit prince. Sa marraine était son arrière-grand-mère doña Carmen Polo, épouse du Général Franco.

Louis XX bébé.jpg

Le prince Louis, bébé, avec ses parents

La jeunesse du prince Louis est jalonnée de malheurs. Ses parents se séparent en 1979, divorcent civilement en 1982 et canoniquement en 1986. C'est son père qui a obtenu la garde de ses deux fils. Son frère aîné, le prince François, duc de Bourbon, décède le 7 février 1984 des suites d'un accident de voiture, à l'âge de onze ans. Le jeune prince Louis devient le nouveau dauphin. Cinq ans plus tard, le 30 janvier 1989, son père le prince Alphonse est victime d'un accident de ski à Beaver Creek (Colorado, Etats-Unis) et décède à l'âge de 52 ans. Le prince Louis devient Louis XX, de droit Roi de France et de Navarre, à l'âge de 14 ans.

Titres

Le prince Louis a d'abord été titré par son père duc de Touraine (1980) puis duc de Bourbon (1984). Il a pris le titre de duc d'Anjou après la mort de son père (1989). Le roi d'Espagne ne lui a pas donné le titre de duc de Cadix auquel il avait droit, ni le prédicat d'Altesse Royale (quelle ingratitude de la part de Juan Carlos !).

Formation scolaire et militaire

En tant que prince français vivant en Espagne, son père a tenu à ce qu'il soit scolarisé au Lycée français de Madrid. Il y obtient son baccalauréat. Il poursuit ensuite des études universitaires à Madrid, dans le domaine des sciences économiques et financières : il obtient un master en finances (au Collège universitaire d'études financières de Madrid) puis une maîtrise en administration des affaires (à l'Institut d'études supérieures de commerce de Madrid). Ces études lui permettent de mener une carrière professionnelle dans le domaine bancaire.

Bien que ne vivant pas en France, le prince Louis est conscient de son rôle de chef de la Maison de Bourbon. C'est pourquoi il a souhaité effectuer son service militaire en France. Mais les autorités française ont refusé car le prince vivait plus en Espagne qu'en France. Le duc d'Anjou fit donc son service militaire dans l'Armée de l'Air espagnole.

Louis XX polo.jpg
Louis XX tennis.png

A l'image de son père, le prince Louis est un grand sportif et pratique de nombreuses disciplines

Louis XX et la France

Si, les premières années de son "règne", le Duc d'Anjou était représenté en France par sa grand-mère la princesse Emmanuelle, duchesse d'Anjou et de Ségovie, et son oncle le duc d'Aquitaine, le prince effectue désormais de nombreux déplacements dans notre pays, notamment à l'invitation d'associations ou des autorités. Le prince donne des interviews où il affirme ses droits à la Couronne et déclare qu'il se tient disponible au cas où les Français l'appelleraient à régner.

Mariage et enfants

Le prince Louis s'est marié civilement le 5 novembre 2004 à Caracas (Vénézuela) et religieusement le lendemain à Altos de Chavón (commune de La Romana, République Dominicaine) avec Marie-Marguerite Vargas Santaella, fille du banquier vénézuélien Victor José Vargas Irausquín. Notons qu'aucun membre de la famille royale espagnole n'était présent à ce mariage.

Ils sont les parents de :

 L S.A.R. la princesse Eugénie, née le 5 mars 2007 à Miami (Etats-Unis)

 L S.A.R. le prince Louis, né le 28 mai 2010 à New York (Etats-Unis), titré Duc de Bourgogne

 L S.A.R. le prince Alphonse, frère jumeau du précédent, titré Duc de Berry

 L S.A.R. le prince Henri, né le 1° février 2019 à New York (Etats-Unis), titré Duc de Touraine

mariage Louis XX.jpg
famille royale actuelle.jpg

Mariage du Duc et de la Duchesse d'Anjou

grandes armes de France.png

La famille royale : Monseigneur le Duc d'Anjou, Madame, et leur quatre enfants

Ascendance de Louis XX

Généalogie_Louis_XX.png

L'ascendance du Prince Louis est variée. En ligne masculine, il est un Bourbon, arrière-petit-fils du roi d'Espagne Alphonse XIII (descendant en ligne masculine de Louis XIV, roi de France) et de la reine Victoire-Eugénie de Battenberg. Cette dernière était une petite-fille de la reine Victoria de Grande-Bretagne, elle-même ancêtre de différents souverains européens, ce qui fait que le Duc d'Anjou est un parent proche, outre du roi d'Espagne Felipe VI (avec qui il est cousin issu de germains), du roi de Grande-Bretagne Charles III, du roi de Norvège Harald V, du roi de Suède Charles XVI et du roi de Danemark Frederik X, sans oublier les chefs des anciennes familles souveraines de Russie, d'Allemagne, de Roumanie, de Serbie, de Grèce, de Hanovre, de Bade, ...

Par sa grand-mère Emmanuelle de Dampierre, il descend de familles de la noblesse française, italienne et autrichienne, ainsi que de grandes familles des Etats-Unis.

Du côté maternel, le Prince descend du Général Franco, qui a dirigé l'Espagne de 1936 à 1975, ainsi que de diverses familles de la noblesse espagnole.

Page publiée le 24/04/24

bottom of page