Notre Projet : un nouveau système politique pour la France

mêlant monarchie absolue et démocratie

Constat : la république n'est pas à la hauteur

 

La France est actuellement soumise à un régime qui se prétend démocratique mais qui est bel et bien une oligarchie qui méprise le peuple au point de ne pas lui demander son avis par référendum, comme cela devrait se faire en démocratie. Les Français ne sont convoqués aux urnes que pour élire des personnes sélectionnées par les oligarques. Cette mascarade maintient l'illusion démocratique.

 

Pourtant, à écouter nos concitoyens, tous semblent désabusés mais ils continuent de voter pour ceux qui se prétendent les plus aptes à diriger les affaires du pays et qui brandissent la république comme un étendard auquel les électeurs sont appelés à se rallier.

 

Plus de démocratie

 

Actuellement, en France, la "démocratie" repose sur un système représentatif : les électeurs votent pour des représentants qui gouvernent ou siègent dans les assemblées. Les citoyens ne donnent pas directement leur avis car le référendum n'est pratiquement jamais utilisé. Leurs élus sont supposés les représenter et défendre leurs intérêts, mais le recours presque systématique au scrutin majoritaire conduit à ce que seule une partie des électeurs est représentée.

Nos dirigeants nous font croire que nous vivons en démocratie simplement parce que nous avons le droit de vote. Certes, la vraie démocratie ne peut exister que dans une population très réduite (association, petite localité, ...). Dans un pays tel que la France, elle ne peut exister mais on peut s'en rapprocher un peu plus.

Pour donner davantage la parole au peuple, il faudrait :

- développer le recours au référendum ;

- à la manière des anciens états généraux, demander au peuple quelles sont ses attentes ;

- lors des élections, utiliser le scrutin proportionnel quand c'est possible.

 

Fragilité de la démocratie

Un dirigeant démocratique élu ...

Un chef d'état élu ne peut, quoiqu'on l'entende régulièrement, l'être démocratiquement : il n'est élu que par une partie des citoyens. Il ne peut donc pas être respecté par tous car toute une partie de la population n'en voulait pas comme chef.

... ou un dictateur démocratiquement élu ?

Pire encore, un chef d'état ainsi élu peut devenir un dictateur qui privera la population de liberté d'expression et d'élections libres. C'est un cas qui est arrivé maintes fois dans l'Histoire du monde. Un dictateur peut aussi arriver au pouvoir parce que son parti a remporté le plus de voix aux élections et que le chef de l'état ne pouvait pas faire autrement que de le nommer chef du gouvernement. Ceci peut arriver dans les pays où la constitution confère plus de pouvoir au chef du gouvernement qu'au chef de l'état. C'est ainsi que sont arrivés au pouvoir Hitler en Allemagne et Mussolini en Italie.

 

La monarchie absolue garante de la démocratie

Le roi, un chef d'état non élu

L'idéal est d'avoir un chef d'état non élu qui ne représente pas un parti mais qui est respecté par l'ensemble du peuple. Le roi répond à cette exigence. Sa légitimité repose sur une succession héréditaire régie par une loi fondamentale que nul ne peut modifier.

 

Pourquoi un roi absolu ?

Le roi, pour pouvoir être garant de la démocratie, doit détenir un pouvoir suffisant pour s'opposer à ceux qui voudraient mettre en péril la liberté, la démocratie, le bien du pays. Un monarque sans pouvoir (comme dans la plupart des monarchies parlementaires) n'est pas un vrai monarque et perd tout son intérêt.

Le terme "absolu" vient du latin absolutus qui signifie "indépendant". En effet, le roi est indépendant parce qu'il n'est pas élu : il n'a pas de lien de dépendance vis à vis d'un parti politique et n'est pas lié par des promesses électorales. Il n'est pas non plus dépendant d'une entité politique qui aurait plus de pouvoirs que lui : il est lui-même la source de l'autorité.

 

Un roi absolu est-il un despote ?

Le roi, en France, n'est pas au-dessus des lois : il est soumis aux lois fondamentales du royaume et il doit s'assurer que les lois votées sont conformes à celles-ci. Il n'est donc pas un despote.

 

Le roi doit-il gouverner seul ?

Si le roi a le pouvoir absolu, cela ne veut pas dire qu'il doit exercer personnellement l'autorité. Le roi délègue son pouvoir au gouvernement et aux assemblées. Ce pouvoir qu'il délègue, il doit pouvoir le reprendre à tout moment. C'est là que réside vraiment sa force et c'est ainsi qu'il peut s'opposer au totalitarisme et à l'anarchie.

L'alliance de la royauté absolue et d'une plus grande démocratie : une idée nouvelle ?

En effet, un tel régime n'a pas encore été mis en place mais il est réaliste. Cependant, l'idée n'est pas si nouvelle ; un prince a déjà réfléchi à ce système politique : c'est le Comte de Chambord (Henri V pour les royalistes), au XIXème siècle.

Les moyens d'aboutir au nécessaire changement de régime

 

La grande difficulté réside dans le changement de régime. En effet, les tenants de ce régime pervers ne vont pas faciliter l'avènement du nouveau régime politique. Les tenants de la pensée politiquement correcte n'envisagent pas d'alternative à la république. Il faut parvenir à faire adopter ce nouveau régime par référendum. Mais avant d'en arriver là, il faut faire progresser notre idéal dans l'opinion publique. C'est un des objectifs de ce site.

A-t-on déjà rétabli une monarchie ?

L'histoire nous apprend qu'il est possible de restaurer la monarchie : cela s'est déjà produit en France et dans le monde. Pour en savoir plus, vous pouvez visiter la page sur la Restauration de la Royauté.