Ras-le-bol de la république ?  Et pourquoi pas la monarchie ?

Que trouver sur ce site ?

Fondé en 2016, le site Demain : La Monarchie vous propose une alternative politique à la république que nous subissons actuellement. Vous y trouverez des articles d'opinion, d'information et de documentation. Ce site souhaite aussi créer du lien entre royalistes et vous laisser la parole.

Notre projet politique 

Nous proposons un nouveau régime alliant monarchie absolue et démocratie (mais si, c'est possible !).

► en savoir plus

 Nouveau  :

exprimez-vous sur notre

Forum de discussion !

icone forum.png

Envie de jouer ? Demain la Monarchie vous propose un quiz de 10 questions portant sur les thèmes abordés sur le site.

logo l'atelier d'Eric.PNG

Cette chronique propose des textes écrits par notre ami Eric Garnier-Audebourg, artiste peintre qui a aussi une jolie plume.

logo chronique d'Arthur.PNG

Dans cette chronique, nous donnons la parole à un jeune royaliste qui nous propose régulièrement des articles sur divers sujets.

Restauration de la Royauté

- les restaurations de 1814 / 1815

- les tentatives de restauration

- les restaurations à l'étranger

- comment restaurer la royauté ?

Louis XVIII.PNG

Découvrez notre sélection de textes écrits par Henri V, Comte de Chambord

Henri V.jpg

"Ma personne n'est rien. Mon principe est tout"

Manifeste de Salzbourg (1873)

Que signifie vraiment cette expression ?

sacre de Charles V.jpg

Vous avez des questions, des suggestions, vous souhaitez nous proposer des textes, vous voulez faire connaître votre association,...

N'hésitez pas à

nous contacter

Vous souhaitez recevoir par courriel les nouveautés du site ?

Inscrivez-vous

Pour découvrir et faire connaître des associations :
le 
FORUM DES ASSOCIATIONS

Pétition :

Pour un Roi à la tête de la France

800px-Saint-Denis_(93),_basilique,_insig

Le site Demain : la Monarchie vous propose une pétition postée sur la plateforme change.org.

Signez et partagez cette pétition !

Foire aux idées reçues

"La cinquième république est une démocratie."

 → C'est faux ! C'est une oligarchie.

   ► en savoir plus

"La royauté ne peut pas revenir en France."

 → Absurde !

► en savoir plus

"Les royalistes veulent restaurer l'Ancien Régime."

 → C'est très réducteur ! Beaucoup souhaitent au contraire instaurer un Nouveau Régime

► en savoir plus

 Point d'Histoire 

2 octobre 1931 :
Mort de Jacques I
er, Duc d'Anjou et de Madrid

Don_Jaime_de_Borbón1.jpg

Une naissance en exil

Jacques de Bourbon, Don Jaime pour les Espagnols, est né le 27 juin 1870 à La Tour-de-Peilz, près de Vevey, en Suisse. Il était le fils de Charles de Bourbon (don Carlos, futur Charles XI pour les légitimistes français), duc de Madrid, et de Marguerite de Parme, nièce du Comte de Chambord. Ce dernier était d'ailleurs le parrain du jeune prince. Don Jaime appartenait à la branche aînée des Bourbons d'Espagne qui prétendait au trône espagnol depuis son éviction de la succession par le roi Ferdinand VII. A la mort du Comte de Chambord (1883), cette lignée devient la branche aînée de la Maison de Bourbon. Ainsi le grand-père de Don Jaime était à la fois prétendant au trône d'Espagne et roi de France de droit. Son père Don Carlos le sera aussi.

Symbolique

L'article suivant inaugure une nouvelle page de ce site : "Symbolique et Titulature de la Royauté française".

La Fleur de Lys

S'il est un symbole qui évoque le mieux la royauté française, c'est bien la fleur de lys (on peut orthographier "lys" ou "lis"). La république en a abandonné l'usage car elle était trop associée à la royauté. Elle était arborée par nos rois mais aussi par les princes de la dynastie, à l'exception des branches les plus cadettes (première branche de Bourgogne, Courtenay, Dreux). D'ailleurs, les princes capétiens étaient souvent appelés les "princes des fleurs de lys".

Comment cette fleur stylisée est-elle devenue l'emblème des rois de France ?

Il existe de multiples explications ou légendes quant à l'origine de l'usage de la fleur de lys en France. On a notamment voulu faire remonter sa première utilisation à Clovis Ier. En fait, la fleur de lys comme meuble héraldique fait son apparition dans les armoiries royales au XIIème siècle. Elle était cependant utilisée dès l'époque carolingienne comme ornement des couronnes et des sceptres royaux (au moins depuis Charles II le Chauve).

Carlo_calvo.jpg

Sur cette enluminure carolingienne représentant Charles II le Chauve (à gauche) et sur ce sceau de Robert II le Pieux (à droite), on voit que les couronnes royales étaient déjà dotées de fleurons en forme de fleurs de lys.

Sceau_de_Robert_II_le_pieux.jpg

Autres thèmes abordés dans cet article : 

- Les armes de France

- La fleur de lys représente-t-elle un lis ?

- La symbolique religieuse du lis

- Représentation de la fleur de lys

Opinion

La Restauration à l'école de la république

Gérard_-_Louis_XVIII_of_France_in_Coronation_Robes.jpg

La Restauration est une période de l'Histoire de France entre 1814 et 1830. Elle tient son nom d'un événement peu connu : la restauration de la royauté après la chute de Napoléon Ier (1814). Il y a même eu une deuxième restauration puisque Napoléon est revenu (les Cents Jours) et a de nouveau été vaincu (1815).

Evénement peu connu ? En effet, on connaît bien la chute de la royauté lors de la première révolution française, mais on oublie que Louis XVI n'a pas été le dernier roi à régner sur la France.

La vérité historique

Cet article nous est proposé par A.A.S., l'auteur de la Chronique d'un Jeune Royaliste.

1789
,
la révolution

bourgeoise 

1ère partie

états généraux.PNG

Le 25 mai 1763, la police des grains est supprimée et laisse place à la libre circulation des grains. Le prix du pain explose, c’est la première expérience libérale. Le 14 juillet 1789, selon la version «officielle», le peuple se soulève contre le Roy et ses privilèges. Mais que s’est-il réellement passé, pourquoi parle-t-on de révolution bourgeoise ? C’est à travers cet exposé que nous allons tenter d’expliquer une des dates les plus connues de notre monde. Nous verrons dans un premier temps comment et pourquoi nous sommes arrivés au 14 juillet 1789 puis nous nous dirigerons sur les conséquences de cette révolution économique.

Opinion

Faut-il être catholique pour être royaliste ?

En France, les rois étaient catholiques. Etant rois de droit divin, ils faisaient le serment de protéger l'Eglise. Depuis la crise successorale qui a suivi la mort du roi Henri III et qui a trouvé une solution dans la conversion au catholicisme de son successeur Henri IV, on a entériné le principe de catholicité qui impose que le roi de France soit de religion catholique et issu d'un mariage catholique. Pour autant, les sujets du roi n'étaient pas nécessairement catholiques : beaucoup étaient protestants. Le fait que le catholicisme fût la religion officielle n'interdisait pas automatiquement les autres cultes.

pape François et Mohammed VI.jpg

SS le Pape François et SM le Roi du Maroc à l'institut Mohammed VI de formation des imams.

Malgré ce que certains voudraient nous faire croire, les catholiques et les musulmans sont faits pour s'entendre.

Un catholique a plus de points communs avec un musulman qu'avec un athée.

Chronique d'un jeune royaliste

Idée reçue : Les paysans médiévaux, 1000 ans de famines

Nous allons aborder une idée reçue très répandue en France, et même à travers l’Europe : Le Moyen-Âge, c’est l’histoire des 1001 famines, les paysans mouraient de faim !

Examinons de plus près et soyons raisonnables. Pourquoi cherche-t-on à détruire le Moyen-Âge ? La France s’est construite durant ces 1000 ans. Elle est devenue catholique par le baptême de Clovis et l’est restée jusqu’en 1905 (même si la révolution de 1789 était déjà anticléricale, évidemment). La grandeur de la France s’est faite grâce à l’Église et grâce à la royauté. Donc si on veut changer le système, il faut critiquer le système actuel. Mais alors que dit l’éducation nationale au sujet de la nourriture au Moyen-Âge ?

Berry-7-640x738.jpg
 
 
 
 
 
 

Opinion

Il faut dépoussiérer le royalisme !

Ce que j'expose dans ce qui suit ne va pas plaire à tout le monde, j'en ai bien conscience. Pourtant, il faut que ce soit dit : notre idéal ne pourra pas progresser si on ne dépoussière pas un peu les idées portées par les royalistes. Certains concepts doivent être remis au goût du jour, sans pour autant dénaturer ce à quoi nous aspirons.

il faut depoussierer.png

A titre d'exemple, j'ai visionné un sujet fort intéressant développé par un abbé légitimiste. Je buvais du petit lait en l'écoutant jusqu'à ce dérapage qui m'a choqué : cet éclésiastique s'est mis à utiliser des mots d'un autre temps tels que "sodomites" et "métèques". Ces termes péjoratifs servent à marquer le mépris de cet homme pour les homosexuels et pour les étrangers ou Français d'origine étrangère. On a le droit de ne pas aimer tout le monde, mais dans la bouche d'un prêtre, c'est consternant !

Moi qui suis assidu à la messe dominicale depuis quelques années, j'ai cru comprendre que le christianisme est une religion de l'Amour : l'amour que Notre Seigneur nous porte, l'amour que nous devons éprouver vis à vis de nos frères. Il m'a bien semblé comprendre aussi que nos frères ne sont pas seulement les personnes qui pensent comme nous et qui nous ressemblent en tout point. Au lieu de rejeter ceux qui ne sont pas comme nous, nous devons nous efforcer de leur tendre la main.

Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : « Venez, les bénis de mon Père, recevez en héritage le Royaume préparé pour vous depuis la création du monde. Car j'avais faim, et vous m'avez donné à manger ; j'avais soif, et vous m'avez donné à boire ; j'étais un étranger, et vous m'avez accueilli ; j'étais nu, et vous m'avez habillé ; j'étais malade, et vous m'avez visité ; j'étais en prison, et vous êtes venus jusqu'à moi ! » Alors les justes lui répondront : « Seigneur, quand est-ce que nous t'avons vu...? tu avais donc faim, et nous t'avons nourri ? tu avais soif, et nous t'avons donné à boire ? tu étais un étranger, et nous t'avons accueilli ? tu étais nu, et nous t'avons habillé ? tu étais malade ou en prison... Quand sommes-nous venus jusqu'à toi ? »

Et le Roi leur répondra : « Amen, je vous le dis : chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces petits qui sont mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. »

(Evangile selon St Matthieu 25, 34-40)

Je ne dis pas qu'il est facile de tendre la main à quelqu'un qui ne pense pas comme nous, qui n'a pas fait les mêmes choix que nous, qui est très différent de nous. Il est plus aisé de mépriser que d'aimer. Mais notre mérite en sera d'autant plus grand si nous nous efforçons de faire un pas vers les autres.

Pourquoi rejeter les homosexuels ? Mon intime conviction est qu'on n'est pas homosexuel par choix mais qu'on découvre un jour qu'on l'est. Le seul choix d'un homosexuel est soit d'opter pour une vie où il assume son orientation sexuelle, soit d'opter pour une vie d'hétérosexuel, en essayant de refouler ses penchants naturels. Il me semble que les deux options sont aussi difficiles l'une que l'autre. Alors, au lieu de les mépriser, nous devrions plutôt essayer de les comprendre et ne pas les juger.

 

Pourquoi rejeter les étrangers ? Ils sont parfois d'une autre couleur de peau, d'une autre religion, ils n'ont pas les mêmes coutumes, ils peuvent parler une autre langue. Pourtant il faut les regarder comme nos frères. Bien sûr, on voit d'un mauvais oeil ces migrants qui viennent chez nous. On se dit qu'ils viennent nous envahir mais leur but est, bien souvent, de fuir une situation intenable dans leur pays. Encore une fois, il faut essayer de les comprendre, leur tendre la main au lieu de les repousser.

Nous, royalistes catholiques (pour la plupart, j'imagine), nous devrions montrer l'exemple et nous comporter en chrétiens au lieu de nous enfermer dans une tour d'ivoire et vivre entre personnes semblables. Accepter les différences entre ses sujets est aussi le défi que doit relever le roi : en effet, il n'est pas question pour lui de n'aimer qu'une partie de son peuple. Nous, qui sommes au service du Roi, nous devons rassembler au lieu d'exclure. Notre rôle n'est pas de combattre les Français mais de lutter contre l'idéologie républicaine. Notre force est que nous ne soutenons pas une idéologie (contrairement aux républicains qui oeuvrent pour une idée abstraite, la République ) mais un homme, le Roi. Notre idéal tient en deux mots : royaume chrétien. C'est-à-dire un roi légitime désigné par les lois fondamentales du royaume, et un corpus de lois qui respectent les lois divines. Ces conditions nécessaires et suffisantes sont celles qu'il nous faut défendre.

 

Alors, chers amis royalistes, j'espère que vous n'aurez pas été rebutés par ces mots qui sonnent comme un sermon, mais que vous serez d'accord avec moi pour faire le ménage dans notre maison et ouvrir les fenêtres car ça commence à sentir le renfermé. 

J.S., 9 novembre 2021

 

Ces républiques qui virent à la monarchie
4ème volet

république couronnée.bmp
république couronnée.bmp

Le président albanais qui devint roi

Ahmet Zogu, alias Zog Ier, président de la république albanaise (1925-1928), puis roi des Albanais (1928-1939)

Ahmet-Zogu.jpg

L'Albanie, petit état balkanique, a alterné, au cours de son histoire, les périodes d'indépendance et les périodes de domination étrangère (avec parfois une certaine autonomie). Ainsi, de la fin du XVème siècle au début du XXème siècle, le pays fut sous le joug de l'Empire Ottoman. C'est à cette époque que de nombreux Albanais se convertirent à l'islam. A la faveur d'une guerre entreprise par la Ligue Balkanique (Grèce, Serbie, Monténégro et Bulgarie) contre l'Empire Ottoman, l'Albanie, qui bénéficie du soutien de l'Autriche-Hongrie, proclame son indépendance le 28 novembre 1912. Après d'âpres négociations, les frontières du pays sont fixées en mai 1913, puis en 1914 et en 1921 à la suite de conflits frontaliers avec les pays voisins.

 

 
 
Le principe de continuité
 
"Le Roi est mort, vive le Roi !" Cette expression traduit le principe de continuité. Il n'y a pas d'interruption du pouvoir royal : dès qu'un roi décède, son successeur est automatiquement et immédiatement roi. C'est pourquoi on dit aussi qu'en France, le roi ne meurt jamais. Le roi n'a pas besoin d'être reconnu par une assemblée ou une autorité religieuse : il est roi de par le droit de sa naissance. Ainsi le principe de continuité est une application des autres principes de la loi de dévolution de la couronne et du droit divin. Si le nouveau roi n'est pas en mesure de gouverner lui-même le royaume, par exemple si c'est un enfant, c'est un régent ou une régente qui exerce le pouvoir en son nom.

Les règles de dévolution de la Couronne

 

Actualité

istockphoto-1209041191-612x612_edited.jp
istockphoto-1209041191-612x612_edited.jp

Reconfinement : réaction d'un lycéen

 

Notre ami qui tient la rubrique Chronique d'un jeune royaliste a tenu à vous faire part de sa réaction face à l'annonce gouvernementale de reconfinement national.

Ne vous réjouissez pas d’avoir un nouveau confinement. Toi qui ne voulais pas porter un morceau de tissu sur ta bouche pour atteinte à la liberté et puis toi qui ne voulais pas mettre de gel hydroalcoolique parce que tu as la flemme et parce qu’il est visqueux. Vous tous qui êtes contents parce que vous allez rater des heures de cours, je vous trouve hypocrites. 

istockphoto-1209041191-612x612_edited.jp
 
 

 Nouvelle page 

Le Roi de droit divin

L'expression "monarchie absolue de droit divin" est généralement mal comprise et raillée par les républicains. Certes, ce régime implique un roi avec un grand pouvoir, mais il n'est pas tout-puissant pour autant. Voyons quelques aspects de la signification de la royauté de droit divin.

Toute autorité vient de Dieu

Comme l'écrivait Louis de Bonald : "tous les gouvernements sont dans un sens de droit divin, omnis potestas a Deo. Soit que la providence les accorde aux peuples comme un bienfait, ou les leur impose comme un châtiment ".

Ramsès II.jpg

Dans l'Egypte ancienne, le roi était considéré comme un dieu. Ce n'est évidemment pas le cas en France.

 Point d'Histoire 

Il y a 80 ans mourait
Alphonse XIII, roi d'Espagne ... et de France

Roi d'Espagne à sa naissance, Alphonse XIII doit s'exiler pour laisser place à la deuxième république espagnole. Pendant son exil, il recueillera les droits au trône de France...

Alphonse XIII à Calais  24 04 1931.jpg
 
 

 Curiosité historique 

Quand la république française proposait de se donner au souverain britannique

Projets d'union entre la France et le Royaume Uni

Yousuf-Karsh-King-George-IV-1943-1414x19

Des projets méconnus du grand public visaient à fusionner les deux pays de l'Entente Cordiale : la France et le Royaume-Uni, offrant au souverain britannique la possibilité de régner sur les deux pays. C'eut été une revanche sur la Guerre de Cent Ans, perdue par les Anglais au XVème siècle.

Elizabeth II.jpg